samedi 17 septembre 2016

Deux ans

Ça fait deux ans que je t'ai parlé pour la dernière fois. On a discuté, presque comme si de rien n'était. Ton père, ton histoire, tes souvenirs, mes projets. Des réponses parfois hésitantes venaient rappeler que quelque chose de sombre se profilait derrière les phrases, cachée par les mots mais qui, en les frôlant, les faisait trembler. Mais quand même, c'était une discussion. Une vraie. Presque normale.
Ce moment, c'était un peu comme un bout de quotidien, quelque chose d'anodin, qu'on ne cherche même pas à relier à une quelconque valeur habituellement, et qui là, on le sait très bien, a l'importance de toute une vie.
Ce soir-là, peu de temps après, les mots ont disparu.
Tu es partie le surlendemain.

2 commentaires:

  1. Non, les mots n'ont pas disparu. La preuve.
    En toi ils demeurent, tapis au creux de doux souvenirs.
    Merci pour cette émouvante pensée mise en partage.

    RépondreSupprimer