dimanche 13 décembre 2015

Nezumi aka Neznez


C'est con une bestiole qui meurt.
Ça laisse tout en plan, comme ça, sans se soucier de tout ce qui ravive les souvenirs alors que tu rentres de la dernière visite chez le véto, même quand c'est juste une pauvre boule de laine reliée à une ficelle grignotée.

C'est triste une bestiole qui meurt.
Ça laisse inconsolable alors même qu'on s'y attendait, pourtant.

Ce soir, je crois que je me fous complètement des abstentionniste, des votants.
Des fachos et des machins et des trucs.

Ce soir, pas de sortie à vadrouiller jusqu'à une heure du mat, pas de connerie à arracher le papier peint, pas de bises, pas d'yeux exorbités ni de grincements de dents. Pas d'expédition commando de mamie, à deux à l'heure, clopin-clopant pour aller voler les boulettes du chat, pas de patate grignotée en douce, pas de réserves dignes d'un écureuil survivaliste paranoïaque au dernier degré, pas de planques en papier aux architectures élaborées...

Demain matin, pas de séries de petits déj quémandés, accrochée aux barreaux.

C'est con, une bestiole qui meurt.
Bye, Nezumi.

2 commentaires:

  1. Oh merde, je suis désolé pour toi. Il s'agit de la souris blanche que tu mettais en photo parfois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Oui, c'était bien elle mais par contre, c'était une rate.

      Supprimer