samedi 2 mai 2015

Pluie de Plomb sur Pluton - Brice Tarvel & Emile Fitz

Sous une couverture superbe d'Emile Fitz, Pluie de Plomb sur Pluton, par Brice Tarvel, est un fascicule, donc un court roman, qui se déroule en 1920, sur Pluton.

Dans la série du système solaire en 1920, Brice Tarvel se charge donc de la planète qui fut un temps la plus éloignée de notre soleil, avant d'être cruellement déclassée en "planète naine"...

Ici, il est justement question de nains, ou presque, de lutins.

Le pauvre convoi qui s'est installé pour coloniser Pluton a fort à faire, entre un climat glacial, des lutins rouges sauvages, des lutins gris d'élevage plutôt retors et surtout un étrange habitant de Charon. Paraît que c'est un passager du train qui a servi à venir jusqu'ici, qui s'est arrêté à Charon et qui depuis, balance des pelletées de plomb sur Pluton. Même qu'il est vénéré en tant que divinité par certains...

Dans ce cadre fort peu hospitalier, on suit les pérégrinations d'un jeune couple, d'un savant qui tente de réparer le train pour repartir sur Terre mais aussi de Gargousse, une éleveuse de lutins, atteinte d'aérophagie, qu'on dirait tout droit sortie du Cycle de Ceux des Eaux Mortes, du même auteur... Entre l'éleveuse qui pète, les plombilâtres qui vénèrent un étrange rejeton, les Blêmes, les différents lutins et autres inventions à coup de jus de cervelle, c'est tout un univers à la fois drôle et sinistre, glacial et amusant que développe Brice Tarvel dans son fascicule.

Jouant d'un vocabulaire ciselé et typé, mettant en scène des personnages originaux dans un cadre passionnant, l'auteur nous trimbale sur son Pluton entre averses meurtrières de plomb et événements mystiques...

Les lecteurs de Brice Tarvel penseront immanquablement à Dépression, son chef d'oeuvre (selon moi), heureux de retrouver un tel univers. On y retrouve le même type de récit et sans spoiler, je pense pouvoir dire qu'on y retrouve une ambiance assez proche...

Bref, je n'en dis pas plus, Pluie de Plomb sur Pluton, c'est chez Le Carnoplaste.
Même si j'aime beaucoup et parfois même, j'adore les autres opus planétoïdiens - j'ai notamment chroniqué Sérénade Sélénite, il y a bien longtemps -, en vérité, je vous le dis, foi de plombilâtre, si vous devez vous procurer qu'une seule aventure de planète, c'est Pluton qu'il vous faut.

Mais bon, tout le monde sait que ces fascicules, c'est comme les Pokemon... (non, ils sont pas petits, ronds et jaunes)

2 commentaires:

  1. Et je tiens à signaler l'extrême gentillesse de Brice Tarvel rencontré lors du salon ImaJn'ère. Il m'a dédicacé sept bouquins (dont le fameux "Dépression" et la trilogie consacrée à Stolognan) sans sourciller. Il m'a aussi exprimé les doutes qu'il avait en écrivant, malgré une biblio qui ferait chanceler un pisse-copies. Bref, c'est un grand bonhomme humble et talentueux.

    RépondreSupprimer