vendredi 3 janvier 2014

2013, bilan, ian, ian !


2013 vient de s'achever. Je ne sais pas trop si vous êtes au courant mais ils commencent à en parler dans les média. 

Chaque fin d'année, c'est l'occasion d'un petit bilan. Le truc classique. Mais ce bilan, c'est souvent, en ce qui me concerne, après le festival des Rencontres de l'Imaginaire de Sèvres. En effet, c'est, pour moi, lors de ce salon il y a trois ans (en 2010 donc), que tout avait commencé (oui, je le dis chaque année, je sais). Premiers contacts avec des éditeurs, premières commandes de textes, rencontres qui allaient forger mon réseau d'amis dans ce milieu que je découvrais... Forcément, cette date anniversaire, c'est l'occasion de regarder un peu dans le rétro, de faire le point, de lister les envies, de mesurer la motivation...

Alors où j'en suis en 2014 ?

Une belle liste de publications, des projets que j'avais à cœur et que j'ai pu mener, des romans et des textes dont je suis fier, d'autres dont j'espère qu'ils trouveront leur place. D'autres dont j'ai hâte, très hâte d'en parler. 
Une belle maison d'édition, créée avec des amis, qui marche bien, qui a reçu un bel accueil et que j'ai plaisir à co-piloter. TRASH, c'est bien, c'est mignon tout plein.

Et le pire, dans tout ça, c'est que c'est que plus j'en écris plus j'ai envie d'écrire. Je pense que cette dynamique (perverse ?) s'alimente car mes productions trouvent de belles opportunités pour leurs publications. Et quoi de plus motivant que de voir ses textes sortis chez des éditeurs sérieux, avec des couvertures splendides ? Forcément, on a envie de se jeter sur le boulot suivant...

Bilan extrêmement positif, donc. Mais aussi perspectives alléchantes:

En 2014, je compte toujours proposer des textes au Carnoplaste. Plusieurs projets dans les tuyaux, que je viendrai préciser bientôt. 
Je compte également m'atteler à l'écriture d'un roman dont l'idée, esquissée pour une nouvelle, prend tellement de place dans ma cervelle que je vois bien qu'il faut qu'elle soit couchée sur le papier avant d'écrabouiller tout le reste. Je peux en dire ceci: ça correspond à un truc centenaire - ou presque.
Mais c'est loin d'être mon seul projet en la matière. J'ai aussi envie d'écrire un second polar, au pays du froid.
Je mets le frein sur les nouvelles et je n'aurais pas l'occasion d'en proposer autant que ces deux dernières années car je privilégie ces projets qui ne me laissent plus trop le temps de baguenauder d'un appel à textes à l'autre...
De même, j'ai quitté l'association ImaJn'ère pour me consacrer d'avantage à l'écriture. Je n'anime donc plus l'émission de radio et je n'interviens plus dans le fanzine La Tête en L’Ère. Invité par son créateur très récemment, je poursuis cependant mes billets dans la Tête en Noir.

Bien entendu, je compte toujours écrire pour TRASH en parallèle au passionnant travail d'édition sur cette structure. D'ailleurs à ce sujet je... Ah on me fait signe de me taire... J'attendrais encore un peu alors...

Bref, l'année sera probablement aussi remplie que la précédente. En tout cas je l'espère. Et vais tout faire pour.

Pour le blog, j'ai encore un billet musical en retard donc je vais vous proposer sous peu les 5 albums de décembre et les 5 de janvier. Double dose pour ce mois, donc. Avant de repartir, je l'espère, sur de bonnes bases. Et je réfléchis, après les sollicitations d'un compère et habitué et des lieux, à un autre article périodique qui viendrait causer bouquins et/ou films. Mais pas 5 par mois, trop de boulot...

En ce qui concerne les salons, je devrais participer à celui de Bagneux (Zone Franche), une autre date emblématique pour moi, ainsi qu'à ImaJn'ère en juin. Très probablement le Bloody Weekend, peut-être les Imaginales d’Épinal, tout ça reste à poser mais y'a encore un peu le temps.

Je profite de ce billet pour souhaiter aux lecteurs de ce blog une excellente année 2014 ! Et que vos projets se concrétisent à donf ! 

Pour conclure, une photo d'hippopotame :






7 commentaires:

  1. Une bonne année 2014. Que de projets en perspectives ! Voilà qui fait plaisir et fera plaisir à lire ;)

    RépondreSupprimer
  2. Trop fiere de toi tu assures bonne annee julien H.
    Caroline H

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup à vous deux ! C'est vachement encourageant (vraiment, sans ironie). :)

    Julien

    RépondreSupprimer
  4. Artikel Unbekannt4 janvier 2014 à 09:13

    Eh bien moi je vais faire mieux: je ne te souhaite pas une bonne année, car je SAIS qu'elle sera bonne. J'ai commencé 2014 avec toi, en dévorant ce qui sera ta prochaine publication. Et la qualité de la chose est telle que je puis d'ores et déjà certifier ceci: ceux qui suivent ta spectaculaire progression seront comblés. Quant à ceux qui ne connaissent pas encore tes boulots, ils ont intérêt à s'y mettre bien vite, car ceci ne sera qu'un apéritif ! Parce que sept nouvelles et un roman en 2013, c'était déjà un sacré beau bilan, mais 2014 sera encore beaucoup plus dense...

    Vous vous demandez de quoi je parle ? Alors regardez d'un peu plus près la bibliographie romanesque de Julien en haut à droite sur cette page. Y figurent cinq romans, dont le remarquable "Pestilence", déjà paru. Et sur les quatre autres, deux ne sont plus en recherche d'éditeur. Il se murmure même qu'un troisième pourrait bientôt suivre le même chemin. Enfin, il serait très surprenant que 2014 s'écoule sans qu'un nouveau fascicule au Carnoplaste vienne pointer le bout de son nez. En conséquence, je persiste et signe: vous qui suivez cette page allez adorer 2014 ! :)

    RépondreSupprimer
  5. C'est quoi ce teasing avec l'hipopotame ?

    Sinon le truc centenaire, c'est en rapport avec Jules Vernes ton projet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hippo, c'est juste une photo.
      Sinon, rien à voir avec le Julot, qui rappelons-le, est né en 1828 et mort en 1905. Alors que 2014 -100 = 1914. Le compte est bon. Dimdamdoum ! ;)

      Supprimer
  6. Night Stalker se joint à moi pour te souhaiter une année pleine de publications et de joies viscérales à développer des univers sur une feuille de papier. Rien n'est plus jouissif que de joindre la pensée au stylo.

    RépondreSupprimer