mercredi 21 août 2013

Le Totem du Loup

Je viens de terminer Le Totem du Loup de Jiang Rong, roman de plus de 600 pages très largement autobiographique qui raconte le quotidien (et les aventures) d'un jeune lettré envoyé lors de la Révolution Culturelle en Mongolie intérieure, cette très grande steppe chinoise qui borde la Mongolie.

Chen Zhen arrive avec ses préjugés et apprend à découvrir la culture mongole au contact de ses hôtes, notamment le vieux Bilig, mémoire de la steppe, du savoir, des rites et coutumes ancestraux.

Ce jeune va très vite se passionner pour les loups, animaux mythiques auprès desquels la culture mongole s'est forgée. Animal autant admiré et respecté que combattu. Tout est affaire d'équilibre (la politique, l'économie, l'écologie etc...) et le jeune homme va découvrir que cet équilibre est fragile alors que le gouvernement chinois, dédaignant les enseignements tirés de la nature portés par les traditions, envoie des colons pour transformer la steppe en pâturages. Cependant, loin d'être réac, la prose de Rong sait aussi se faire l'apologie de la liberté, de la révolte, de l'entraide mais aussi de la sauvagerie, celle du loup que rien ne peut dompter. Derrière ces animaux, moutons et loups surtout, se dessine une analyse politique de la Chine d'aujourd'hui digne d'une fable de notre ami La Fontaine. Le public et les bureaucrates chinois ne s'y sont pas trompés et le livre est toujours le sujet de vives polémiques, bien que publié légalement. L'auteur a clairement réussi son pari en plus d'offrir une histoire mémorable.

Le Totem du Loup est  un roman passionnant et bouleversant que je recommande. Énorme carton en Chine, diffusé (en comptant les versions pirates) à plus de 20 millions d'exemplaires, bien devant les autres best-sellers et traduit dans de nombreux pays. Une adaptation est en cours avec Jean-Jacques Annaud aux commandes et j'ai hâte de voir ce que ça va donner. 

L'absence d'intrigue à proprement parler est largement compensée par la découverte de la vie des pasteurs mongoles et l'analyse politique toute en délicatesse mais très pédagogique (la fable dont je parle plus haut) que l'auteur fait de la société chinoise - plus particulièrement des Han - et de son rapport à l'altérité (les différentes vagues d'invasion, notamment) ainsi que par un vibrant plaidoyer écologiste. Tout ceci est porté par un récit résolument tourné vers l'humain, avec des personnages très bien dépeints, entre lesquels se tissent des liens forts qui font de ce roman une ode à la fraternité et la transmission des savoirs entre générations. 

Quelques scènes assez dures, cependant, mais qui font écho au fait que la vie de berger nomade n'est certes pas tendre. 

Au début, on accroche, la curiosité fait son oeuvre, puis, en découvrant le quotidien, on se dit: bon, ça risque d'être un peu long sur 600 pages, sans véritable intrigue. Mais finalement, on se fait attraper et on est complètement immergé dans ce mélange de vie quotidienne et d'Appel de la Forêt qui propose quelques scènes spectaculaires dans lesquelles l'auteur est aussi à l'aise que pour les dialogues intimistes. Et on sent clairement que c'est très souvent du vécu. La fin est aussi plus rapide dans le bouleversement qui secoue la steppe.

Les derniers chapitres se lisent la gorge serrée, l'épilogue est à l'avenant et le livre se clôt sur une superbe image, tout en pudeur, qui me trotte encore dans la tête.

Un roman dont je me souviendrais longtemps, très longtemps. A noter qu'il est dispo en poche.
Merci à Johanne pour cette découverte.

PS: il existe tout plein de chroniques de bloggeurs diablement intéressantes et bien mieux tournées que la mienne, n'hésitez pas à aller les lire.

2 commentaires:

  1. Cela fait bien 5ans que ce livre est dans mes étagères, manque de temps, attraits pour d'autres livres bref, la sortie du nouveau film de Jean-Jacques Annaud m'a tout de suite frapper par l'intrigue : mais j'ai un livre qui parle de ça non ? Bref ça m'a motivé et j'ai hâte de lire, ta critique m'a donné encore plus envie mais j'avoue n'avoir pas trouver beaucoup de blog qui en parler à part le tien, je compte bien relancer tout ça car il a l'air très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il vaut le coup. Comme j'essaie d'expliquer, y'a pas vraiment d'intrigue donc ça peut faire peur mais on se laisse happer.
      J'ai hâte de voir le film, en plus, Jean-jacques Annaud, c'était l'homme de la situation pour un tel thème et un tel tournage. Avec des vrais loups, à force de patience, les scènes doivent être somptueuses. Je pense notamment à la charge, gros morceau d'action du livre, et probablement du film.
      Ça promet !
      Merci pour ce commentaire, et bonne lecture (et bon visionnage) :)

      Supprimer