jeudi 13 juin 2013

Mes amis imaJn'ère

La fin du monde est passée. Et même l'après-fin du monde. Alors que le salon Curnonsky referme ses portes sur trois jours de salon ImaJn'ère, le bilan est globalement positif. De superbes locaux, très vastes, pour accueillir la fine fleur de la littérature SFFF et polar, trois jours durant à Angers. 

Je ne vais pas lister à nouveau l'ensemble des invités, simplement les remercier de s'être déplacé(e)s pour participer avec nous à cet événement. Durant le salon comme durant les à-côté (restos le soir, hébergement des invités), j'ai passé de merveilleux moments, à me marrer comme un bossu (drôle d'expression mais bon, vous saisissez). Je suis fier d'avoir pu côtoyer les grands noms de la collection GORE et plus fier encore d'avoir posé à leur côté pour un cliché anthologique. 

Le lancement de notre collection TRASH s'est très bien passé. Les tables rondes aussi, les séances de dédicace ont été rondement menées. Bref, c'était tout tout tout très très très bien.

Je ne vais pas disserter pendant des heures, je tiens juste à souligner l'essentiel. Parfois, vous doutez. Des efforts entrepris, des bugs qui font un peu ièch, des différents qu'il peut y avoir ici et là, à participer à l'organisation de tels festivals. 

Et puis voilà, Brice Tarvel se met à danser la gigue avec Laurent Whale... Nécrorian, son épouse et Christian Vilà dînent avec nous, Jean Bernard Pouy me dédicace un de ses polars, Willy Favre et Arro discutent graphismes pendant des heures et Romain d'Huissier et Arnaud Cuidet élaborent le futur syndicat des auteurs de jdr tandis que Jean-Luc Boutel récolte des palettes de bouquins... 
Bref, des anecdotes comme ça, je pourrais en balancer une bonne douzaine, voire une vingtaine mais je n'ai pas envie de compiler. Juste de me souvenir, en souriant. Ça aide à contrebalancer les écueils et la fatigue rencontrés durant l'année parce que ça permet de les relativiser à l'aune de ces excellents moments. 

Alors vivement l'année prochaine et imaJn'ère 4 ! 

De gauche à droite:
En haut : Christian Vilà, Nécrorian, Brice Tarvel
En bas: Arro, Schweinhund, Willy Favre, moi-même et Robert Darvel




Billet écrit sur fond de Grand Funk Railroad, album: Survival, miam.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire