mercredi 20 mars 2013

De la newzâsse, bro' !

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas fait le point sur les travaux divers dans lesquels je suis impliqué. Je me permets de faire une récap. pour les quelques malades qui suivent ce que je peux escribouiller.

Le premier semestre 2013 est plutôt riche en ce qui concerne mes publications. En effet, sont déjà disponibles:

- Les noces d'Olyazabad, dans Dimension Super-héros II, chez Rivière Blanche 
et
- Magic Best-of, dans l'Amicale des Jeteurs de sorts, chez Malpertuis.

Je ne reviens donc pas dessus. 

Mais ce n'est pas tout. Devraient suivre:

- La tête de l'emploi, dans Dimension Necropolice, chez Rivière Blanche, une nouvelle se déroulant dans l'univers du jeu de rôle Necropolice, mettant en scène des flics médiums, de nos jours, à Rio de Janeiro. 

- Apocalypse silencieuse, dans Malpertuis IV, chez Malpertuis, une nouvelle où je me suis amusé à imaginer un monde qui disparaissait.

Parlant d'apocalypse, ce sera un terme chargé en ce qui concerne mes travaux car vont également sortir:

- Absinthe, dans le cadre du recueil SFFF du festival ImaJn'ère, en juin.
et
- Le goût amer des Empanadas, ma première nouvelle polar, sélectionnée par le jury (en première place ex-aequo, détail dont je ne suis pas peu fier) pour figurer dans le recueil polar du même festival. 

Le premier texte est un texte post-apo, je n'en dis pas plus. Le second prend place au Chili, en septembre 1973. La seconde nouvelle m'a contaminé et filé le goût du polar. J'en avais déjà envie et un de prévu mais là, c'est plus qu'une envie, c'est une démangeaison qui ne se calmera que quand j'aurais finalisé mon premier roman du genre. 

Je devrais également figurer dans un recueil qui ne va pas tarder à pointer le bout de son nez mais là aussi, je respecte bien évidemment le calendrier et vous en recauserai au bon moment. Ma nouvelle est une sorte de conte, avec un étrange animal...

Et tout ça sans compter la sortie du TRASH écrit par Deguëllus, une autre de mes personnalités, et pas la plus distinguée, faut le reconnaître. Le roman s’appellera Pestilence. La couverture va bientôt être dévoilée sur la page Facebook, on attend juste les 100 "j'aime" pour notre maison d'édition et on y est presque. Je n'en dis rien car je veux vous laisser découvrir la superbe couverture de Vitta Van der Vuulve, déjà responsable de la couv de Bloodfist, de Schweinhund, à paraître également chez TRASH en juin. On vous dévoilera également, en son temps, la couv de Necroporno, le TRASH ultime de Robert Darvel, réalisée par  Willy Favre (qui a déjà signé nos superbes flyers).

Suivez le blog, pour vous tenir au courant de ces saloperies: PAR ICI !


Niveau jeu de rôle, je viens de boucler mon scénario, Martel en tête, pour le recueil de scénarios Necropolice intitulé Necro Stories, bientôt disponible. Et je viens de me voir proposer un défi intéressant, suite au prochain épisode !



En ce moment, je suis en train de travailler un polar. J'ai repoussé mon projet de polar austral car je souhaite avant me faire la main sur un projet moins ambitieux mais tout aussi motivant. Il s'agit toujours d'un polar mais un peu plus situé sous nos latitudes et dans un cadre que je connais mieux.

Je compte également livrer un numéro 3 de Green Tiburon et commence à défricher un autre projet de fascicule avec Irène Maubreuil, pour le Carnoplaste. Sans compter les nouvelles ici et là. 

Sinon, point de nouvelles de mes deux romans en recherche d'éditeur mais c'est encore un peu tôt. Wait & see comme dirait John George Haigh.

Bref, beaucoup de boulot, trop même car tout ne pourra évidemment pas être bouclé dans l'année. Mais c'est ça qu'est passionnant. Je garde un pudique voile sur certains boulots mais vous inquiétez pas, je viendrais bien assez vite vous gonflouiller avec quand ce sera dispo.  :)

En attendant, je continue de bouffer du film, de la musique et d'écrire un maximum. Tellement d'histoires à raconter...


Voilà, c'étions les news du trimestre. A plus sur Uranus (je glisse une idée de titre alternatif à Robert D. pour son antho).


Album écrit sur fond de... devinez ? le Roi David, of course. 


2 commentaires:

  1. C'est sympa, par ici, ça sent bon.
    Et je ne dis pas ça parce qu'on y cause de moi, hein, je ne suis pas ce genre de personne.
    Non, j'ai décidé de laisser une petite trace - que le propriétaire des lieux se rassure, il les retrouvera dans le même état que quand il les a quittés - parce que six nouvelles en six mois, dans six anthos différentes, ben c'est quand même un peu la classe. Bravo, donc.
    Et bravo aussi pour "Pestilence", sacrée pièce de littérature populaire et déviante, avec plein de morceaux de barbaque avariée dedans, le tout baignant dans un délicieux court-bouillon fécalo-vomitif, à déguster avec un petit verre de jus de bubon éclaté bien tiède.
    Et la bonne nouvelle, c'est qu'il y a encore deux autres romans en attente, et un catcheur masqué qui trépigne en coulisse !
    Non, décidément, j'aime bien cet endroit.
    Je reviendrai.

    RépondreSupprimer