lundi 18 février 2013

Réjouissances littéraro-cullino-mondaines & du sang, de la chique et du mollard !

Point de cunnilingus dans cet article, aimable lecteur dyslexique. Mais bel et bien de réjouissances mélangeant à la fois de la littérature (de genre, évidemment), de la cuisine et des mondanités.

Qu'est-ce qui permet de mélanger ces trois plaisirs ? Les festivaux. Oui, je mets au pluriel car j'en fais plusieurs dans l'année. Mais y'en a quand même un qui est encore plus cool que les autres. Ma modestie naturelle et limite confondante m'empêche d'évoquer ImaJn'ère, à Angers. On peut pas être jugéparti, comme on dit. Nan, je veux parler là de Bagneux. De Zone Franche, plus précisément. Sèvres (Les Rencontres de l'imaginaire) et Bagneux sont deux dates clé. Des festivals immanquables pour moi depuis trois ans. J'y ai fait des rencontres inoubliables, j'y ai passé des moments de convivialité qui me restent également en mémoire, j'ai chopé des romans délicieux et je me suis rempli la panse comme jamais.

Bagneux, c'est là où j'ai appris, il y a deux ans, que ma première nouvelle pour une antho (Muséums chez Malpertuis) était toujours en course (pour finir par être effectivement sélectionnée). C'est là où, auprès d'un éditeur chapeauté, je me suis vu confirmer le démarrage des Green Tiburon en fascicule (Le Carnoplaste) et où j'ai pu dédicacer le deuxième opus l'année suivante. C'est là que j'ai acheté La Loi du Désert de Franck Ferric, ou encore Dépression de Brice Tarvel. Et c'est là que j'ai tâté du jap à volonté le midi mais surtout découvert La Casa del Condor, restau tex-mex devenu le lieu de passage obligé du petit groupe de gogolitos qui aime à se réunir le samedi soir, entre deux belles journées, une passée et une à venir. 

Bagneux, c'est tout ça. Mais cette année, c'est encore plus. Cette année, je suis invité. En mon nom propre. L'année dernière, c'était ce bon vieux Green Tiburon, qui avait été enchanté de l'édition de ce festival. Cette année, j'y suis aussi car j'ai eu le plaisir de voir ma nouvelle sélectionnée par la maison d'édition (Malpertuis) à qui a été confiée l'élaboration de l'anthologie. Celle-ci s'intitule L'Amicale des Jeteurs de sorts. Romain, dans son billet, la présente efficacement et je ne vais pas répéter tout ce qu'il a brillamment exposé.
Evidemment, cette sélection comptait beaucoup pour moi et j'ai été vraiment heureux d'apprendre que mon texte avait été retenu. 

Mais quel est-il, ce texte ? 

Il s'agit d'une nouvelle intitulée Magic Best-of

L'idée m'est venue quand j'ai entendu parler du thème: Magiciens et sorciers. Et là, paf ! D'un coup. Un retour de truc coincé dans le cerveau comme ce petit pépin de mûre qui se coince toujours au même endroit à la surface d'une dent quand on mange un yaourt. Ce petit bout d'imaginaire qui restait accroché, comme ça, c'était l'idée d'un ami, qu'il avait brièvement développé sur un forum de jeu de rôle, il y a de ça 8 ou 9 ans. 

Dans le cadre du jeu Unknown Armies, il avait...

Hum, je dois présenter d'abord UA, comme l'appelle les habitués. UA, c'est un jeu dans lequel on interprète des personnages dans un univers contemporain mais au sein duquel vivent des groupes, des sectes, des coteries étranges, constitués autour de pratiques magiques qu'on pourrait qualifier de post-moderne. C'est à dire que la magie fonctionne sans rituels en latin, pentacles, invocations dénichées dans des parchemins poussiéreux  La magie s'est adaptée à notre monde moderne et sa pratique s'en ressent. 
Dans cet univers là, Lyagord, l'ami en question, avait élaboré une école de magie pratiquée par des adeptes de la junk-food. Ces gars là, souvent - forcément - un peu gras, tiraient leur énergie magique des big-mac , des nuggets et autres petits plats qu'ils ingéraient. Après tout, dans cet univers, il y a bien des magiciens qui pratiquent leur "art" qu'en étant totalement bourrés, d'autres qui lancent leurs sorts en faisant des partouzes, alors pourquoi pas ?

Cette idée là m'avait particulièrement séduit (je parle des big-mac, pas des partouzes). Même si, finalement, je n'ai jamais dépassé le stade de création de personnage et que j'ai remisé ce jeu, sans l'oublier cependant. 

Et quand le duo de Malpertuis m'a évoqué le thème, comme je le disais: paf ! Ça m'est revenu d'un coup. Et là, j'me suis dit: voilà une occasion rêvée pour écrire un truc sur ces gars. J'ai sollicité l'accord de Lyagord,  qui m'a donné, enthousiaste, la permission de recycler son idée. Gros fana de fast-food devant l'éternel, je me suis plongé dans la peau d'un de ces personnages, qui découvre peu à peu ses aptitudes magiques. 

Et surtout, j'ai cherché à explorer quelle pouvait être la réaction des tenants de la magie traditionnelle, face à l'émergence de ce type de magie "post-moderne", mélangeant donc le postulat de Unknown Armies et celui des univers avec de la magie plus traditionnelle. Je me suis ainsi inspiré, dans un tout autre registre, des réactions de certains dinosaures du rock face à l'émergence du mouvement punk, par exemple. Ce qui m'a permis de travailler autour des forces réactionnaires et de la notion d'évolution, et de ce qui arrive quand celle-ci fait débouler de jeunes chiens fous aux dents longues dans un jeu de quilles en porcelaine (je me mets à écrire comme Artikel, moi). Des intentions de départ qui se retrouvent, ou pas - ce sera à vous de le dire -, dans la nouvelle finale, qui j'espère, saura vous séduire et vous donner envie d'aller partager un bon repas bien gras et sucré de junk food. (mais attention, mangez au moins 5 fruits et légumes par jour: les onion rings et les glaces aux fruits de la passion, je ne sais pas trop si ça compte...).

Merci donc à Lyagord pour l'idée de base. J'espère que ma nouvelle fera honneur à ce recueil, tout plein de bons textes (j'en ai lu certains, notamment ceux de Romain d'Huissier et de Robert Darvel et je peux vous dire qu'ils dépotent bien et je fais confiance à Christophe Thill et à Thomas Bauduret pour avoir sélectionné des textes qui surprennent  interpellent, font rêver et voyager).

En marge de cette antho qu'il faut donc absolument se procurer, je ne peux que vous recommander ce festival convivial, chaleureux et très richement achalandé en matière de SFFF

Comme l'évoque également Romain, vous pourrez aussi, pour ceux qui ont apprécié le premier recueil, acheter en avant-première Dimension Super-héros II. Une anthologie encore plus variée que la première. Certains des auteurs ont remis le couvert, des nouveaux se sont lancés dans le défi. Mais je reviendrais vous présenter plus en détail cette antho...


* * * 


Quoi d'autre sinon ?


Et ben, quand même: rien de moins que le lancement officiel de TRASH. Qu'est-ce c'est quoi ça ?

Une maison d'édition. Mais pas n'importe quelle maison d'édition. Ça non ! A TRASH, ce qu'on veut, c'est, modestement, précisons-le, faire revivre l'esprit GORE, cette mythique collection de 118 numéros au Fleuve Noir. Romans courts, nerveux, sanglants, avec du cul, du sang, de la tripaille, pas de tabous et des couvertures qui donnent le ton. Gore, donc, mais de nos jours. Non pas un pastiche mais une tentative d'actualisation...

Trois premiers romans sont prévus pour juin, à l'occasion du festival ImaJn'ère. Les titres seront dévoilés sous peu. Trois autres arriveront en décembre de cette même année. 

En tout cas, ça causera, et je peux vous le dévoiler en avant-première ultime, en mode Pyramide (si, si, le jeu avec Marie-Ange et tout et tout), respectivement de :

"En trois":

- Larves 
- Fist-fucking
- Bubons.

Miam, non ? Triple miam, même !

Pour cette collection, on vous promet du gore, du saignant, du choquant, des morts affreuses, des personnages terrifiants, malsains, du cul, du gras, des entrailles impatientes de voir le jour, des maladies, des bizarreries, de la fesse, des morceaux de choses, des textes qui se lisent avec la nausée et avec un sentiment grandissant de répulsion mais des textes suffisamment entraînants pour que le lecteur soit quand même obligé de continuer sa lecture. On espère qu'on remplira notre mission. 

Je serais dispo sur le stand du Carnoplaste pour en dire plus, n'hésitez pas à venir poser vos questions. 

On en est où ? C'est bien avancé. Les trois romans pour juin se précisent et sont en relecture croisée. Nos illustrateurs s'échinent sur de superbes couv. Sans nul doute, ces petits romans seront superbement présentés ! 

En attendant, TRASH, c'est aussi un blog et une page facebook, pour se tenir au courant.

Je crois que j'ai fait le tour de l'actualité. 

J'espère vous retrouver à Bagneux pour tailler un bout de gras, forcément. 


Crédits:
Martine Fassier pour l'affiche du festival
Philippe Jozelon pour la couverture de l'anthologie

Article écrit sur fond de Mulatu steps ahead, de Mulatu Astatké, premier album du maître de l'éthio-jazz depuis les années 80 et Hoodoo Party de Coco Robicheaux, le musicien loup-garou de New Orleans. 


5 commentaires:

  1. Mon Dieu, mais un auteur aussi prude que moi ne peut décemment participer à cette collection TRASH !

    RépondreSupprimer
  2. Fais donc ta sainte nitouche !

    On ne sollicite que ceux dont on sait à quel point leur esprit est dérangé.

    Sous le vernis du respectable auteur féru de chinoiseries distinguées, sommeille assurément un auteur pervers et euh.... pervers ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Artikel Unbekannt19 février 2013 à 01:25

    Je plussoie naturellement le mécréant ci-dessus.
    D'autant plus qu'"un respectable auteur de chinoiseries distinguées" tel que Rom1 saura sans nul doute tirer le meilleur parti de petits classiques tels que "Intimate confessions of a chinese courtesan" ou "Human lanterns"...
    Comment ça, ces films ne sont ni respectables, ni distingués ?

    RépondreSupprimer
  4. Et cher Julien vas-tu être l'auteur d'une de ces futures publications ainsi qu'Artikel mordu de la collection ?? Décidément d'année en année ImaJn'ère me surprend par les sentiers explorés vampiriques puis uchroniques enfin trash et autres, je m'arme c'est le mot d'impatience haha^^.

    RépondreSupprimer
  5. Alors il se dit que certains auteurs vont se cacher derrière des pseudonymes bien répugnants. Mais ils sont aisément traçables, car les meurtriers reviennent toujours sur les lieux de leur crime ! :)

    RépondreSupprimer