mardi 26 février 2013

The Stars (were in Bagneux last week-end)

Nan, nan, je parle pas de moi, hein, mais des stars, des vraies, de celles qui côtoient les caméras, portent des lunettes noires et tout et tout (en fait, ce titre, c'est tout ce que j'ai trouvé pour faire un petit lien avec le formidable morceau - d'actualité - que je vous propose plus bas).

Les salons et festivals littéraires, c'est un coup à perdre la tête. Il faut aller parler à Bidule, refiler un bouquin à Machin, récupérer un exemplaire auprès de trucmuche... On veut demander des nouvelles de Fourbi mais c'est Pouet qui vient vous demander comment vous allez ou bien on vous demande (oui, bon, c'est pas toutes les cinq secondes) de bien vouloir gribouiller sur un exemplaire d'un recueil...

Alors si en plus, votre samedi est agrémenté de soucis biomécaniques (oui, les deux, en même temps, alors j'ai fusionné les mots), ça fait court pour assurer le tout. 

Résultat: j'ai l'impression d'avoir vécu la moitié du salon. Il y avait plein de gens à qui j'aurais voulu parler plus longtemps. Et plein de conversations où j'ai peur d'avoir paru un peu absent. Je m'excuse donc auprès de ceux pour lesquels je n'ai pas été très réactif ou de très bonne compagnie, notamment à la Casa. Heureusement, dès le dimanche, ça allait bien mieux. J'ai ainsi pu tenter de combler mon retard de discutailles mais je partais avec un sacré retard. Non pas que ce soit une course mais pour avoir déjà participé à trois reprises à Zone Franche, je sais que deux jours, ce n'est pas du luxe pour pouvoir causer avec tout le monde. 

Cela ne m'a pas pour autant gâché un formidable salon. Il serait vain de tenter de remercier tout le monde pour ces moments passés à flâner dans les allées, sur les stands ou dans les couloirs. Mais on va tenter la petite salve de circonstance: Merci à 
Déjà, aux organisateurs, Marie-Charlotte Delmas, Claude Longelin, notamment, à Malpertuis, donc Thomas Bauduret (merci encore pour le petit coup de pouce), à Christophe et Barbara, à Robert Darvel ( et Mme D. pour l'accueil chaleureux) et l'ensemble de la team des auteurs du Carnoplaste, à Philippe Ward, au clan des Toulonnais, Brice et Danielle, Rivière Blanche, David Capricorne (mazette, je passe mon temps debout devant mon mur à présent), Homological, aux Artistes Fous, à Olivier/Akae, Cédric et ses deux petiots,  Olivier Deparis, Triceps et Mme Triceps (félicitations pour votre prix, j'adore Star Marx !), à Franck Ferric, Patrice, à Lyagord (parce que bon, ses obèses magiciens semblent avoir carrément la cote - non, pas un ribs, la cote- auprès des lecteurs), aux  Editions du Riez, Jemrys au très sympathique dépanneur aux moustaches de gaulois, Aurore Perrault, à la pharmacie de Bagneux, au buffet asiat à volonté, Eric Nieudan, à la Casa del Condor et à tant d'autres que j'oublie de citer présentement mais que je garde tout près de mon piti coeur. 

Et surtout Johanne pour m'avoir supporté durant tout ce week-end. Merci. 

Je suis heureux d'avoir participé à la table ronde animée par Christophe de Jerphanion et d'avoir pu signer quelques exemplaires de l'anthologie officielle du festival, même si la table de Malpertuis était pas mal occupée par un petit groupe d'acharnés de la dédicace et que mes quelques signatures ont surtout eu lieu "à la sauvage" un peu partout ailleurs, faute de place. Heureux de découvrir également Dimension Super-héros II, très bel ouvrage doté d'une couverture magnifique. Les flyers TRASH sont partis comme des petits pains (à la viande moisie, évidemment) et quelques personnes semblent attendre avec impatience ces romans répugnants... Tant mieux ! Ça ne devrait plus tarder, amigos. 


EDIT: un petit lien qui permet d'écouter la conférence durant laquelle l'antho l'Amicale des jeteurs de sorts à a été présentée:
http://www.actusf.com/spip/Zone-Franche-2013-Conference-L,15446.html
Bonne écoute !



Raisonnable, je ne suis revenu qu'avec trois bouquins: Le Chemin d'Ombres de Patrick Eris (Lokomodo), L’île aux Chimpanzés de Marija Nielsen (Le Carnoplaste) et l'anthologie Fin(s) du monde, des Artistes Fous Associés. De quoi, cependant, me régaler durant quelques soirées d'hiver. 

Bon, c'est pas tout ça, mais les salons, ça s'enchaîne. Mes prochains ? ImaJn'ère à Angers, du 6 au 9 juin et le Bloody Week-end, à Audincourt, les 28, 29 et 30 juin. Vivement !

En attendant, j'ai un récit de pestiférés à finir, Pestilence, pour ceux qui ont glané un petit flyer TRASH. Et l'affiche magnifique qui trône sur le mur de mon salon me titille méchamment pour lancer la rédaction du troisième Green Tiburon... Brèfle, du travail en perspective. Allez, j'y retourne. 


On se quitte avec ça: 



Le deuxième (et dernier, logiquement) titre dévoilé du prochain album du roi David, qui sort en Mars (l'album, pas le roi David, lui, il sort plus tôt que ça, vu qu'il se promène souvent dans les rues de Niou-York, avec sa petite casquette, tranquillou).

(cependant, comme je ne suis pas autiste à écouter 118 fois le même morceau en boucle - oui bon ok, une bonne douzaine de fois mais pas plus -, j'ai aussi écrit cet article sur fond de Loaded for Bear , le best-of de Ted Nugent & The Amboy Dukes, qui prouve qu'on peut être un gros réac pro-armes et pro-peine de mort et pourtant, faire du bon rock qui déchire sa reum avec un 44.magnum).



Bonus dvd de cet article: les flyers de TRASH : 









2 commentaires:

  1. Mouahahah, ça veut donc dire que mon plan machiavélique fonctionne!!! Tu verras que tu vas bientôt te sentir obligé de battre le record de Santo ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas sûr que mon éditeur suive pour 53 fascicules ! ;)

    RépondreSupprimer