jeudi 23 août 2012

Stuck In The Metal.

Expendables 2 et bagels. Le reste de la journée promet d'être aussi intéressante que la soirée d'hier passée avec des super potes à discuter musique, politique et à regarder des vidéos de la Pequinia Amy Winehouse. Mais c'est pas pour ça que j'écris cet article, faut pas croire.

Non, c'est pour... Ah merde, pourquoi déjà ?
Alimenter le blog, montrer qu'il est pas mort ?
Oui mais pas que. J'ai aussi envie d'évoquer mon boulot actuel. Alors soit, je me permets, si vous voulez bien.
Il fait un peu doublon avec l'avant-avant dernier article mais c'est une sorte de mise à jour sur les boulots en cours.

Night of the Nyctalope, la version anglaise de La Nuit du Nyctalope (oui, si, je le jure, j'ai fait anglais renforcé durant tout le lycée, moi), est disponible pour ceux qui désirent lire les aventures de notre super-héros mais ne maîtrisent pas le Français. Vous allez me dire: "Mais alors s'ils ne maîtrisent pas le Français que font-ils sur ce blog ?".
Certes. Bon, je suis pris en flagrant délit d'auto-promotion. Mais disons que cela fait vraiment plaisir de découvrir son travail traduit de la sorte (avec même un peu de patois vendéen dans le texte). Merci donc à Jean-Marc Lofficier et à Matthew Baugh (traducteur).
Pour lire le petit descriptif et le sommaire, c'est ici.

Sinon, je voulais aussi faire un lien vers la critique du nouveau Green Tiburon 2: Operacion Déluge Atomique. La voici:
http://www.scifi-universe.com/critiques/34128-57-operacion-deluge-atomique.htm

Vous pourrez découvrir que ce second tome a été très apprécié. Merci à Vincent. Notamment pour ça: "Un amour du genre qui transpire à chaque page". Voila qui fait rudement plaisir.

Le troisième est en cours de réflexion. Logiquement, il me permettra d'aborder les dernières créatures employées dans la luchasploitation qui manquaient. Mais nous aurons l'occasion d'en causer plus tard.



Sinon, quoi que je fais en ce moment ?

- J'écris, encore et toujours. Je suis sur le point de boucler une nouvelle se déroulant dans l'univers d'un jeu de rôle sorti récemment. Un indice: le setting est essentiellement brésilien et ne serait pas renié par une certaine Oda Mae Brown. Voila, je n'en dis pas plus (c'est déjà carrément évident comme ça) pour l'instant.

- Je viens également de dépasser les 300.000 signes sur mon second roman. Je pense le boucler pour la rentrée. Il partira ensuite à la recherche d'un éditeur. J'ai quelques pistes, des éditeurs privilégiés à qui je souhaite le soumettre mais on verra bien. Niveau setting, ambiance, personnages, époque, ça change considérablement de mon premier boulot. J'ai hâte de l'avoir fini pour le présenter. Merci encore à Johanne et Artikel Unbekannt (à charge de revanche, mister) et également à David S. Khara pour leurs judicieux conseils.  Le titre provisoire de ce travail: Stoner Road. Je vais bientôt mettre à disposition une playlist sur Deezer, sélection de titres musicaux sur lesquels j'ai travaillé. Complément indispensable pour ce roman où la musique et particulièrement le stoner rock et le doom jouent un rôle considérable.

- Je vais embrayer sous peu pour une nouvelle dans un recueil que je co-dirige avec Romain d'Huissier à sortir l'année prochaine. Et j'attends la réponse pour deux nouvelles envoyées pour des appels à texte: Malpertuis IV et un autre.


Niveau sorties ?

- Là, pour de bon, après avoir pris un peu de retard sur les premières annonces, Midget Rampage s'annonce pour de bon. Récit grindhouse et cover to cover dont le pendant est Ravageuse,  le récit western-subaquatique d'Irène Maubreuil, déjà publiée chez Malpertuis. Avec aux couvertures, respectivement Fransisco Varon et Christophe Swal. On se fait plaisir en affichant leur couvs ?
Allez :

Faut pas hésiter à cliquer sur l'image, cela permet de la voir en plus grand. Et ça marche pour les autres aussi, d'ailleurs.

- Avant la fin d'année, La Grande Nuit, campagne épique de 10 scénarios pour la Brigade Chimérique - le jeu. Un superbe bouquin, écrit par la Confrérie du Radium et illustré par Willy Favre. Comme quoi, pendant que certains roitelets passent leur temps à gesticuler et à trollérer sur les forums pour occuper l'espace et leur vie, d'autres produisent pour alimenter le loisir...
Pour découvrir un visuel important, rien moins que la couv, c'est ici.

- Disponible en ce moment, le hors-série spécial scénarios de Di6dent, contenant mon boulot pour Würm, aimablement officialisé par l'auteur du jeu, Emmanuel Roudier. C'est. Et dedant y'a aussi de la Brigade Chimérique et du Luchadores, par Stéphane Treille et Romain d'Huissier.

- 2013, l'année du Vodianoï ? J'espère bien. C'est logiquement l'année prochaine que sort mon premier roman. L'annonce a été faite sur le blog de l'éditeur. C'est ici.

Il y a bien sûr d'autres choses en magasin, des projets qui devraient se concrétiser en fin d'année. En bref, une rentrée très chargée mais je ne dispose pas encore d'infos pertinentes pour vraiment présenter ces W.I.P.


Les lectures en ce moment:
En vrac:

- Clip de Sang, de Christian Vila dans la collection GORE. Sympa mais on sent un potentiel impressionnant qui voudrait se dégager mais est trop à l'étroit. C'est dommage. La lecture reste cependant très distrayante.
- La Fenêtre jaune de Brussolo. Toujours aussi magistral dans sa simplicité, son rythme, son univers délirant et ses codes de folie. J'adore. C'est pas forcément le meilleur, clairement pas mais c'est tout à fait dans la lignée de ce que le grand Brussolo est capable d'écrire.
- Suite et fin du tome 3 du Trône de fer. Après un début plutôt longuet qui m'a conduit à faire quelques excursions à droite à gauche, là, sur le dernier tiers, ça dépote carrément beaucoup pas mal du tout. Miam. A présent que je m'amuse à escribouiller, j'avoue que cette oeuvre, sa densité, ses personnages, ses lieux, son souffle de vie, c'est plus qu'impressionnant, c'est terrifiant. Quand on galère à animer trois personnages qui se croisent, on ne peut qu'admirer la maîtrise de George R. R. Martin.

Voila. Je crois que j'ai fait le tour.

 Arrivée d'air chaud !

 (ok, je sors)





Article écrit sur fond de Bloc Party, quatrième album, sobrement intitulé Four. Ils font bien d'être sobres, eux, parce que franchement, à part un premier album magistralement monumentalement brillant, ils assurent pas un kopec. Ou presque. Et ce quatrième opus n'est pas trop trop pour me faire changer d'avis. Par respect pour les auteurs de Silent Alarm, je persiste un peu mais j'ai plus d'espoir. Même si après l’horreur Intimacy, ils semblent s'éloigner légèrement du fond, où ils s'étaient vautrés avec cette immonde troisième galette. Allez, faut pas déconner, j'embraye sur du Eagles of Death Metal...







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire