lundi 11 juin 2012

La paupiette vivante contre Depeche Mode

En voila un titre abscons. Il ne sera véritablement compréhensible que par les initiés qui ont eu, comme moi, le privilège d'enchaîner ces deux salons que sont les Imaginales d'Epinal et imaJn'ère, d'Angers.

Deux salons littéraires dans lesquels le fantastique, la science-fiction étaient mis à l'honneur.

Deux salons dans lesquels il n'était pas question que de vendre, de faire payer des entrées ou de faire sa promo mais où le maître-mot était convivialité.

Ces conventions sont le moyen de rencontrer ses lecteurs. Et je dis ça sans prétention aucune. Les miens ne se bousculent pas au portillon mais j'ai quand même pu faire quelques dédicaces et discuter bouquins, nouvelles et même jeu de rôle avec quelques amis, lecteurs et curieux.
Cela fait toujours plaisir de parler des boulots qu'on a pu faire, d'avoir des retours, d'expliquer un peu ses méthodes, tout ça... Sans compter que j'ai pu découvrir les superbes posters du Carnoplaste, des reproductions haute qualité des couvertures des fascicules. Ou comment attirer l'attention du visiteur avec les illustrations de Willy Favre et de Fransisco Varon.

Ces salons sont aussi inoubliables par les moments qu'ils suscitent. Et à ce titre, ces deux éditions sont mémorables. Notamment en raison des repas entre amis, auteurs et éditeurs qui eurent lieu. Que ce soit avec l'équipe bicéphale de Malpertuis, les amis auteurs comme Olivier Deparis, Robert Darvel, avec qui j'ai partagé (presque intimement, si je puis dire) ces deux salons, mes amis imaJn'ère, Laurent Whale, Arnaud Cuidet, Thomas Geha, Jérôme V, Laurent Genefort, David S Khara, Brice Tarvel, Romain d'Huissier et leurs épouses respectives et plein d'autres gens fort sympathiques que je ne cite pas afin que cet article ne ressemble pas au générique de La Communauté de l'Anneau mais que je n'oublie pas pour autant.

Sur le salon d'Epinal, je n'étais qu'un visiteur. Mais sur le salon d'Angers, j'étais partie prenante de l'organisation.
J'en profite donc pour remercier mes camarades pour leur dévouement, leur passion et la franche camaraderie, le fait qu'on s'épaule dans les difficultés. Mais aussi et surtout les auteurs invités et les visiteurs. Les premiers pour nous avoir permis d'avoir une si belle affiche, par leur présence. Pour les bons moments évoqués plus haut passés ensemble.
Les seconds pour avoir fait vivre ce salon et avoir donné vie à la Tour St Aubin (qui est hantée, comme me le souffle notre président d'association). Merci à Manchu, à son compère David, qui ont habillé les murs de la Tour des superbes compositions de Manchu. Merci à Sébastien d'être passé, à Eldarkpulpo d'avoir persisté à chercher les lieux, en errant sous la pluie dans la ville. J'espère que vous vous êtes bien amusés à parcourir les expos et à discuter avec les auteurs.

Alors qu'en ce lundi pluvieux, je retourne à la petite routine qui anime mes journées, je réalise que ces moments calmes, qu'il m'est arrivé de souhaiter après une succession de nuits courtes et de journées à arpenter les salons, sont.... justement trop calmes. Vivement les prochains salons qu'on se retrouve à papoter autour de bières, de vodka pomme ou autres kirs divers et variés. Parce que finalement, à déconner dans les travées de ces conventions, un bouquin à signer à la main, un verre de l'autre, masqué ou pas, qu'est-ce qu'on s'éclate ! A papoter jusqu'à pas d'heure entre auteurs, en disant du mal (non, non, je déconne c'est pas vrai, qu'est-ce que vous allez imaginer), en discutant science-fiction, fantastique ou cinéma  autour d'une bonne paëlla ou d'un verre, on vit des moments vraiment sympas.

Au final, j'en reviens motivé à donf, avec de belles perspectives de travail. La sortie de mon roman, encore un peu lointaine, se concrétise néanmoins peu à peu. J'ai pu faire quelques contacts, dégoté de nouveaux travaux d'écriture pour des appels à texte et autres boulots divers, dans le milieu littéraire comme dans le jeu de rôle. Sans compter un projet vraiment prenant et motivant, sur lequel je ne dirais rien pour l'instant, à part qu'il est euh... prenant et motivant et que j'ai hâte de pouvoir faire le fiérot avec. Cependant, je respecte à la lettre les consignes que l'on s'est donné entre comploteurs et je n'en dis pas plus.

Les retours sur le festival des Imaginales d'Epinal sont légial. Euh légion (eh ouais, c'est chez moi ici, j'ai le droit de faire des blagues indignes).
Et nous avons déjà un retour sur imaJn'ère, celui du Traqueur Stellaire:
http://www.traqueur-stellaire.net/2012/06/retour-sur-les-imajneres-2012/

En ce qui me concerne, je plonge à nouveau dans le boulot. Sans retenue et avec une gniake renouvelée. Après ma participation la campagne de la Brigade Chimérique, qui va m'occuper ces prochains jours, j'enchaîne sur mon second roman. Qui va sentir le sang, c'est rien de le dire...

En écumant les facebouk de Robert Darvel, Wonder Jol et moi-même, vous devriez avoir quelques clichés de ces moments précieux que j'évoque plus haut.


La photo, je l'ai piqué sur le blog du Traqueur Stellaire, dans son article sur la convention imaJn'ère de l'année dernière. Et la bande originale de cet article est constituée par Flowers of Romance de P.I.L.




5 commentaires:

  1. Je me disais bien que je reconnaissais cette photo ^_^

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Si tu n'es pas d'accord, n'hésite pas à me le signaler, je vire. Mais je l'ai trouvée bien cool donc je l'ai mise en te créditant. ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bien bel article que voilà, cette bolée d'imagin'air m'a aussi fait du bien, cassant le train train de la réalité quotidienne au contact de personnes éminemment sympathiques et talentueuses. Ce salon Imagin'ère a une identité bien à lui, avec un cadre intimiste génial : l'écrin idéal pour papoter entre lecteurs et auteurs^^. Hâte de lire ton prochain travail sortant en Juillet Julien au Carnoplaste;;; et merci aussi à Green Tiburon de s'être déplacé de Los Murcielagos venant faire quelques tours à la Tour St Aubin. Je confirme les posters plastifiés de Green T et du Nain au costume de sang sont trop beaux, rendant honneur aux talents affirmés de Willy Favre et de Francisco Varon^__^.

    RépondreSupprimer
  5. Non pas de soucis Julien. Il n'y a que moi pour vouloir photographier des vues plongeantes des monuments publiques. Dès qu'on sera deux on formera une secte ^^

    RépondreSupprimer