mercredi 27 juin 2012

HEXAGON - matière noire

Plasma, une jeune femme qui tire son énergie d'un soleil intérieur, Lys, une épéiste hors-pair à même de matérialiser des lames d'énergie dans ses poings, Rakar, un chaman talentueux, le Pilote Noir, un playboy milliardaire inventeur de génie, dans son armure, l'Archer mystérieux, le tireur le plus précis de la planète...
Une équipe de choc. Il s'agit d'Hexagon. Ils sont 5. Mais depuis la mort de leur leader, ils ne sont plus aussi soudés qu'avant. Or, une menace, peut-être la plus terrible des menaces, se profile. L'équipe, afin de retrouver son dynamisme, va devoir procéder à un recrutement. Un choix difficile qui pourrait bien leur apporter encore plus d'ennuis ?

Je n'en dis pas plus afin de préserver l'intrigue. HEXAGON: Matière noire, écrit par Romain d'Huissier, se lit à toute vitesse, sans répit ni temps mort. Les scènes d'action s'enchaînent, rythmant l'intrigue, la dynamisant et permettant à chaque personnage d'exister, d'être présenté, incarné, évoqué dans sa manière de lutter ou de triompher des obstacles qui se présentent. Tout cela dans une ambiance silver age (comme disent les pros, dont je ne suis pas, je précise) qui permet d'aborder le genre avec respect, amour et une réelle volonté de transposer les cases des comics, colorées, pleines d'action, en paragraphes. Pari osé mais pari relevé et réussi. Il faut dire aussi que l'auteur sait de quoi il parle. Déjà spécialiste des super-héros, un genre qui le passionne depuis sa tendre enfance, il s'est ensuite plongé dans l'univers Hexagon suite à notre travail en commun pour le recueil Dimension Super-héros.

L'univers Hexagon, l'Hexagonverse, qu'est-ce donc ? Un univers comme Marvel ou DC, animé par des auteurs franco-italiens durant les années 60, 70, édité par LUG et repris en main récemment par Jean-Marc Lofficier. Romain en fait une très belle présentation sur ce forum, je vous encourage à aller vous y documenter.

Faut-il connaître cet univers, pas aussi médiatisé que ses grands-frères pour profiter de ce roman ? Absolument pas. Les héros sont emblématiques, souvent inspirés par des célébrités parmi les comics (le Pilote Noir, ça vous dit vraiment rien ? hum ?). Donc ils sont faciles à appréhender. Ce qui ne les empêche pas d'avoir leurs vies propres, leurs personnalités. Il est donc aisé d'aller à leur rencontre, de faire connaissance et de suivre leurs histoires. Mais les fanas de comics seront heureux de découvrir ces "déclinaisons" de super-héros, originales et personnalisées et leurs aventures.

Et celles-ci sont légion dans ce roman. Pensez donc, infiltration, combats aériens, fights entre super-héros, et ce sur plusieurs continents. Le style est limpide et permet d'enchaîner les pages et les scènes d'action sans lassitude, avec au contraire l'envie d'en lire un peu plus. Je l'ai dévoré en à peine trois soirs. En tant que modeste écriveur, j'avoue que je tire mon chapeau à Romain pour avoir écrit de si longues et si prenantes scènes d'action. 

Au rayon des petits regrets, quelques coquilles qui, cependant, n'empêchent pas de profiter du roman. Et cela ne doit pas vous dissuader de vous plonger dans cet univers.

C'est bien simple, moi qui n'ai pas vraiment de culture comics (je finis par l'avouer après avoir bossé sur Humanydyne, la Brigade Chimérique - le jeu de rôle), qui ne connais véritablement que les adaptations cinématographiques des personnages de comics, j'ai vraiment eu l'impression de découvrir les aventures d'un groupe comme The Avengers. Je me faisais mon film dans ma tête, pour ainsi dire. Et c'est ça, précisément ça que j'aime quand je lis. 
Les super-héros s'épaulent, se complètent, ont des tactiques pour profiter au mieux de leurs pouvoirs respectifs, pouvoirs variés et carrément funs. 
Ma connaissance du genre est limitée. Non pas par un dédain envers ce genre, bien au contraire mais juste par le fait que je n'accroche pas aux comics (à l'exception de Hellboy, qui lui-même, est un super-héros un peu particulier). Donc c'est aussi pour ça que j'aime découvrir les histoires de ces personnages si particuliers grâce à d'autres médiums, comme les films et à présent, les romans. Car ne nous mentons pas, nous avons là probablement un des premiers, si ce n'est le premier véritable roman de super-héros français (le roman, pas les super-héros).

Et tout comme pour le film, restez après le générique... heu, après l'épilogue car on peut deviner que les vacances des Hexagoners risquent d'être de courte durée. Et sadiquement, c'est tout ce qu'on peut leur souhaiter, afin d'avoir vite une suite à se mettre sous la dent.

C'est là que ça s'achète. De quoi lire des histoires de mecs en slip (ou presque) sur la plage, avouez que c'est plus que tendance. 

Petit résumé officiel:
Lys. Plasma. Rakar. L'Archer mystérieux. Le Pilote noir.
Ensemble, ils forment Hexagon, l'équipe de super-héros la plus puissante du monde !

Mais depuis la mort de leur leader Jeff Sullivan, l'Homme d'Airain, ils vont d'échec en échec - le lien mystique qui les unissait est brisé, leur mission désormais sans but.

Quand surgit un mystérieux ennemi, issu du fond des âges, bien décidé à les détruire, le groupe Hexagon va devoir trouver un remplaçant à Jeff, capable de reforger la confiance disparue. Mais cet homme ne sera-t-il pas celui qui signera leur perte ? Car ses pouvoirs pourraient bien engloutir la Terre sous la... MATIÈRE NOIRE !

Un lien vers l'article de l'auteur du roman: ici.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire, donc. Non, n'enfilez pas ces collants chamarrés mais allez plutôt commander le bouquin, c'est plus prudent.


Article écrit sur fond de Grotesque, album de 1980 du groupe The Fall. Une pépite post-punk inégalée à ce jour.

1 commentaire: