lundi 16 mai 2011

Green Tiburon: des origines à nos jours....

2006.
C'est la date à laquelle j'ai commencé à rédiger les aventures d'un justicier luchadore. A l'époque, je n'avais pas vu un seul Santo. Seulement Zombie King, le pastiche/hommage américain post-moderne au genre. Par contre, grâce à ma sœur, j'étais déjà lecteur d'El Borbah (création de Charles Burns), le détective tas de viande, énorme lutteur masqué qui affronte des savants fous et autres drogués et monstruosités dans un savant mélange de contre-culture US.
Et j'avais vu l'épisode « Numéro 5 » d'Angel, ce superbe hommage à la luchasploitation disparue.

A cette époque donc, tout au long de mes pages word, Black Fernando et son sidekick Santo Valentino, le catcheur au masque en forme de cœur, affrontaient un culte qui distribuait de la drogue et qui était responsable d'overdoses massives en Louisiane.
Comme d'habitude à l'époque, je n'avais jamais terminé ce récit et avais lâché l'affaire au bout de quelques dizaines de pages.
En me relisant par hasard, alors que je cherchais un autre document sur ma vieille clé USB, des images de mon petit appart/studio parisien me sont revenus.
Depuis, en 5 ans, l'histoire a fait du chemin mais cet univers là est resté dans mon esprit.

J'ai ensuite envisagé d'explorer tout ça par le biais du jeu de rôle. Je voulais initialement faire un supplément Luchasploitation pour Brain Soda, comme je l'avais fait pour Kaiju Soda (pour jouer les films de Godzilla). Mais je me suis dit qu'il y avait moyen d'aller plus loin qu'une simple extension. J'ai rien contre Brain Soda, j'adore ce jeu. Mais je me disais que l'univers des films de lucha aurait été à l'étroit dans un supplément d'une vingtaine de pages. Et je voulais quelque chose de moins "parodique", de plus premier degré.

Dans le même temps sortait la BD Lucha Libre, un excellent recueil de plusieurs histoires où, notamment, un groupe de luchadores combat des loup-garous voleurs d'auto-radio. J'apprécie énormément cette BD, relecture post-moderne et parodique de la luchasploitation mais j'ai continué sur mon projet car il était sensiblement différent. Là encore, plus premier degré, moins parodique.

Et puis, un été, alors que Monsieur Laurent « Bob Darko » venait me chercher à la gare de sa ville pour un petit séjour estival, ce bon vieux Matthieu « Myrkvid » m'a offert un masque de luchadore ramené du Japon. Alors que je traversais le centre-ville de Toulouse assis à l'arrière de la voiture, masqué, j'ai eu une sorte de flash. JE DEVAIS écrire un jeu de rôle sur ce thème.

Je me suis hâté de choper un maximum de films du genre. Première difficulté: ils sont rares. J'ai écumé les plateformes de vente US, échangé des mails sur des sites à droite à gauche, j'ai même fait des achats sur un site mexicain d'occasions. Deuxième difficulté: ils sont rarement sous-titrés et je ne parle pas espagnol. Mais j'ai eu la chance de dégotter des versions sous-titrées en anglais et même pour certains, en français. Résultat, j'ai à présent une bonne trentaine de films, majoritairement avec Santo et quelques guests comme Blue Demon ou Mil Mascaras. Films que j'ai décortiqués, étudiés et qui sont vraiment excellents (voir mon précédent billet sur le sujet).

Entouré des sommités en la matière, nous avons élaboré un proto-système, testé chez moi lors d'une mini convention privée et Willy « Brain Salad » a mis au point une superbe plaquette présentant le bouzin.
Pendant ce temps, je défrichais l'univers.
Au début, j'avais prévu d'en faire un jeu qui se passait au Mexique mais Willy m'a fort habilement suggéré de créer un archipel fictif. Los Murcielagos était né.
Pendant que je bossais à poser les bases de cet archipel peuplé de savants-fous et abritant une sorte de bouche de l'enfer aquatique, Willy et Romain « Rom1 » s'attelaient au système.
Un système unique, adapté à la lucha libre, permettant au fan de catch de placer ses prises favorites, à l'initié de copier ce qu'il a vu à la télé et au profane de carrément inventer ses mouvements. Un système aux petits oignons comme ces deux gars savent le faire.

J'avais décidé d'attirer un peu les gens intéressés en tenant le blog d'un PNJ du jeu, un luchadore dont on suivait les aventures au jour le jour. J'ai tenu ce blog durant plusieurs mois, en parallèle, lui faisant vivre 3 aventures dont deux complètes, en plus de 50 articles.

Au final, nous avions un jeu de niche mais un produit bien défini, à l'imagerie visuelle bien établie.

Nous avions même le parrainage des Bikini Men, groupe dont je parle dans l'article sur la surf-music. Le trio était flatté d'être sollicité et d'accord pour nous prêter sa musique pour notre site.
Nous avions également prévu le suivi sur la toile: scénarios, éléments de système etc.

Puis ce fut le temps de démarcher les éditeurs. L'étape qui n'est pas la plus évidente. Et ce qui risquait d'arriver arriva. Jeu trop ciblé, niche dans un marché de niche, aucun n'a voulu prendre le « risque » d'éditer ce produit. Il est évidemment facile de comprendre la frilosité des éditeurs sur un tel projet. Après, j'espérais que la réputation et la ludographie de notre équipe pouvaient permettre de défendre ce projet mais cela n'a pas suffi. C'est regrettable mais c'est le risque quand on présente un projet. Il faut l'accepter.
Le développement du jeu a donc connu une pause, le temps pour nous de digérer ces réponses négatives et de concrétiser d'autres projets (notamment l'Encyclopédie de la Brigade Chimérique).

En traînant sur le net, j'ai lu que Robert Darvel, le très estimé éditeur du Carnoplaste, avait vu et apprécié Zombie King, le film-hommage dont je vous parlais au tout début de l'article. Et il a suggéré l'idée qu'il aimerait bien un fascicule dans cet esprit. Le temps de lui envoyer l'adresse de mon blog et l'affaire était presque dans le sac. Des heures de travail, une splendide couverture de Willy Favre et une relecture attentive de l'éditeur après, las historietas de Green Tiburon s'apprête à débouler dans vos crémeries favorites.
Ainsi, j'ai pu donner vie à Los Murcielagos et de bien belle manière puisque que sous la forme de fascicules, comme ceux là même qui se vendaient au Mexique durant l'âge d'or de la luchasploitation. Je ne pouvais rêver mieux comme format. Et je ne remercierais jamais assez Robert Darvel de m'avoir fait confiance (sur un tel univers, ce n'était pas gagné).

MAIS

Je dis bien mais.

Mais l'aventure Jeu de rôle n'est pas finie. J'ai vu avec le Carnoplaste le fait que je voulais garder les droits d'adaptation et je compte bien mobiliser à nouveau l'équipe pour que ce projet voit le jour. Je pense qu'il peut être très très fun de jouer des aventures à la fois amusantes, décomplexées, horrifiques et dynamiques dans un tel univers. Et les possibilités de scénarios sont tout bonnement infinies: contrer les plans d'un savant fou et son armée de zombies, explorer une île mystique oubliée, arpenter les cités sous-marines et lutter contre des ennemis et créatures aussi variées et effrayantes que des hommes-requins, des pieuvres géantes ou des sociétés secrètes de mafieux et d'occultistes.
Tout le pot pourri qu'on retrouve dans les films du genre.
L'avenir nous dira si un tel jeu se concrétisera mais je vous assure que je ferais tout pour. J'ai beau avoir envie d'aller voir ailleurs, ce projet fait partie de ceux qui me resteront dans le crâne tant que je n'aurais pas le produit fini en main.

En attendant d'arpenter à votre tour les multiples îles de l'archipel de Los Murcielagos, je vous propose déjà de suivre les aventures d'un des grands lutteurs de ce pays, Green Tiburon.
Mettez un album de surf-music dans votre lecteur, préparez vous une frozen Margarita et découvrez le combat du luchadore masqué contre la pieuvre carnivore de Santa Zanya.

7 commentaires:

  1. Ce qui est sympa avec les luchadores c'est les masques et les costumes qui ont presque disparu du catch occidental.
    C'est presque du comics en live.

    http://luchawiki.org/images/thumb/6/65/LosCadetsII.JPG/400px-LosCadetsII.JPG
    Sympa non !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette belle rétrospective. Quand je pense que je savais pas que tu avais un jeu sur le sujet et que j'ai raté ton blog - maintenant je vais devoir encore donner de l'argent au Carnoplaste ;)

    RépondreSupprimer
  3. Dans les goodies du jdr, je rêve déjà d'un petit programme qui permettrait de créer son masque, et tous les avatars du forum dédié au jeu seraient créés de cette manière (oui, je rêve, je sais même pas si ce truc la serait faisable facilement par les auteurs)

    RépondreSupprimer
  4. En attendant, la feuille intégrera un masque vierge, à la manière de Pendragon. ;)
    Mais je n'en dis pas trop.

    RépondreSupprimer
  5. @ Eric:
    Pas le choix, à présent.
    Si j'en vends un certain nombre, Maître Darvel m'a promis un deuxième épisode alors soyez fous !

    RépondreSupprimer
  6. Au fait, il y a une date pour le fascicule?

    RépondreSupprimer
  7. Aujourd'hui même !
    L'achat est désormais possible et il m'est dit dans l'oreillette que l'encre sèche actuellement sur les fascicules.

    RépondreSupprimer