mercredi 27 avril 2011

Surf Music, la crème de la crème...

Avant toute chose, j'aimerais dédier cet article à mon futur éditeur, Monsieur Robert Darvel. Actuellement en formation de yoggi pour soulever des pierres de 35 kilos avec une certaine partie de son anatomie, je le sais dubitatif quant à l'intérêt musical de ce courant. Donc je lui destine tout spécifiquement cet article mais j'ai envie d'en faire profiter un maximum de gens.

Une petite présentation s'impose.

La Surf Music est un courant musical qui apparaît à la fin des années 50 mais sera surtout populaire la première moitié des années 60. Liée initiallement au surf, au cliché des rivages californiens et aux bellâtres qui s'y agitent la planche, la surf music a vu son image évoluer au fur et à mesure de son succès, de sa déchéance et de sa renaissance.
Ce sont pour la plupart des morceaux courts, souvent sans paroles. Une guitare part dans des solos endiablés pendant qu'une autre guitare donne le rythme, avec une batterie derrière.
Après une popularité certaine, la surf music a du mal à rivaliser avec les tubes rock qui débarquent d'Angleterre durant les années 60. De plus, l'image insouciante qu'elle colporte colle mal avec les préoccupations de l'époque.
Elle se fait oublier un bon moment et même Dick Dale, sujet à de gros problèmes de santé, prend un certain recul. Ringardisée, moquée, la surf-music ne subsiste plus qu'à travers la déformation pop des Beach Boys. C'est triste.

A présent, c'est un courant musical qui a été investi par les forcenés de fantastique et de cinéma populaire de science-fiction en même temps qu'il a été récupéré par la scène punk et psycho. Depuis les années 90, le rock indépendant s'est goinfré de surf music.
Plus confidentielle, le courant a néanmoins persisté tout au long de ces dernières décennies, portés par des groupes qui vont marquer leur différence avec le courant originel en jouant plus fort, plus saturé ou en intégrant des bidouillages électroniques. On a même pu parler de surf-punk.
L'imagerie n'est plus celle de WASP bronzés draguant des blondinettes mais des robots, des catcheurs masqués et des extra-terrestres envahissant la terre.
A tel point que systématiquement, dès qu'un luchadore apparait quelque part, si vous tendez l'oreille, vous entendrez pointer quelques notes de cette musique entrainante. Comme si l'un n'allait pas sans l'autre. Ce qui est assez amusant car à priori, les luchadores ne font pas de surf et les films de luchasploitation ne contiennent pas de surf-music mais de la variété de l'époque (et croyez moi, la variété mexicaine de 1960, c'est pas du surf rock).

A cette époque (je parle des 90's, faut suivre un peu, au fond), Pulp Fiction a fait beaucoup pour la surf music avec ses quelques morceaux dans sa BO, dont le célébrissime Misirlou, mélodie traditionnelle grecque reprise par Dale. Morceau repris ensuite dans d'autres bande-annonces et par d'autres groupes jusqu'à écoeurement. Et c'est triste aussi ça.
Pulp Fiction a tellement "révélé" cette musique au grand public qu'il suffit de mettre le début d'un morceau pour qu'on vous dise "ah Pulp Fiction, quoi". C'est un peu triste mais pas trop car au moins, les gens sont familiarisés. C'est mieux que rien, on va dire.

Dick Dale a fait beaucoup pour ce courant musical, il est un peu le pape de la Surf Music. Précurseur, référence absolue, sa carrière dure depuis plusieurs décennies. Avec des hauts et des bas mais un talent certain. Il a notamment intégré des mélodies et rythmes traditionnels orientaux à la surf music qui n'a eu de cesse depuis, d'en digérer ces influences. Mais ce n'est évidemment pas le seul artiste à porter les couleurs de ce genre musical.

Loin de se vouloir exhaustif, mon article se veut la présentation de quelques groupes que j'écoute régulièrement, que je recommande et qui ont pu me servir comme fond musical pour le travail que j'évoquais dans mon antépénultième article.
Les commentaires sont ouverts pour ceux qui voudraient me faire découvrir d'autres groupes. J'ai justement envie de varier un peu.

A tout seigneur tout honneur, je commence donc par Dick Dale.
Je ne connais réellement que deux albums du maître gaucher. C'est peu, c'est une honte et je vais m'employer à rattraper ce retard.
Spacial Disorientationhttp://www.deezer.com/fr/#music/result/all/dick%20dale
Et surtout Calling Up Spiritshttp://www.deezer.com/fr/#music/result/all/dick%20dale
Et son titre The Wedge Paradisio, que j'adore. Titre repris d'ailleurs par Los Coronas dont je cause juste après.
Dick Dale, c'est vraiment le génie à la production pléthorique. C'est parfois du "surf à la papa", parfois un peu plus modernisé (pas toujours habilement) mais c'est LA référence à explorer avant d'aller voir ailleurs et diversifier ses écoutes.

Los Coronas, donc, que j'ai découvert sur Deezer. L'album Surfin'tenochtillan contient donc une reprise de The Wedge Paradisio. Leur titre Go Kato go est une pure tuerie.
http://www.deezer.com/fr/#music/los-coronas
Moderne mais tout en respectant la première époque.

Man Or Astro Man?Ce groupe est tout simplement un must absolu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Man_or_Astro-man%3F
Groupe américain indépendant des années 90, leur surf music est mélangée à des bruitages électroniques rétro, des samples de publicité des années 50, des extraits de films, des dialogues... Leurs concerts déjantés les faisaient jouer avec la tête dans des postes de télévision enflammés et autre joyeusetés délirantes.
Particulièrement, leur album EEVIAC Operational Index and Reference Guide, Including Other Modern Computational Devices est une pépite. Surf punk, morceaux bruitistes proches de l'indus, travail sur les sonorités, de nombreux genres se mélangent, les musiciens touchent à tout pour accoucher d'une galette libre et puissante.
Ce groupe est un peu à la surf music ce que Rob Zombie est au rock indus freak show !
J'ai l'occasion d'écouter deux autres albums: Destroy All Astromen! et Intravenous Television Continuum que je recommende fortement également.

Meshugga Beach Party
http://www.meshuggabeachparty.com/meshugga/index.htm
Ce groupe reprend des thèmes israéliens traditionnels version surf music. Décalage garanti et il faut avouer que le collage prend carrément bien. Notamment parce qu'une partie de l'héritage de la surf music provient des mélodies orientales.

Les Tijuana Bibles
http://www.myspace.com/tijuanabibles
Reprenant leur nom des BD érotiques mexicaines, ce groupe a joué notamment dans le film hommage à la luchasploitation: Zombie King.
Son puissant, morceaux chantés et rythmes d'enfer.

Je parlais de Rob Zombie mais lui aussi est fan de surf music. Vu son amour pour la SF et le fantastique vintage, c'était obligé qu'il accroche à la nouvelle scène surf.
Il a produit une compil de ses groupes indépendants préférés:
Halloween Hootenanny

Men from S.P.E.C.T.R.E est un groupe qui intègre des morceaux de surf music dans leur univers très 60's et 70's. On dirait des musiques de film d'époque, entre luchasploitation, films d'espionnage et blacksploitation.
http://www.men-from-spectre.org/
The Living Eye est un album très black and soul
With The Finger On The Trigger est plus espionnage et contient pas mal de morceaux surf music friendly, à défaut d'être totalement dans le genre. Difficile à trouver mais deux albums recommendés (merci JoL pour l'achat en téléchargement de l'un d'eux).
http://www.deezer.com/fr/#music/men-from-s-p-e-c-t-r-e


Enfin, last but not least, n'oublions pas la scène française, qui est très dynamique.
Notamment mes préférés, un de mes groupes favoris:
The Bikini Men
A l'occasion d'un concert dont ils faisaient la première partie (et dont j'ai oublié la tête d'affiche tellement j'ai apprécié les Bikini Men), j'ai eu le plaisir de voir ce groupe que je ne connaissais pas. J'ai découvert à la fois et la surf music et l'imagerie des luchadores masqués. En effet, ces trois compères jouent masqués sur scène et délivrent un surf rock puissant qu'il faut absolument aller apprécier en live. Clairement une référence pour moi. Je leur dois beaucoup.
Depuis, je fais tous les concerts que je peux, tel un groupie insasiable. Le groupe est super sympa et à l'occasion d'un projet (toujours en cours mais en stase, disons), j'ai eu l'occasion de les solliciter pour avoir leur parrainage, qu'ils m'ont filé sans aucun souci et en se disant même fiers. Je compte leur dédier le premier fascicule des aventures de Green Tiburon.
http://www.myspace.com/bikinimen
Le groupe est originaire de Fontenay le Comte et tourne (trop peu) dans les alentours.


Je crois que là, vous en avez assez pour jeter une oreille cannibale sur ces groupes et vous procurer de quoi aller surfer cet été sur les plages ou bien vous faire une petite playlist à déguster en lisant les aventures de vous savez qui...

Enjoy !


EDIT: impardonnable !
J'oubliais Hawaii Samurai, avec leur superbe album The Shape of Surf to Come.
Un groupe français, séparé depuis, si je ne m'abuse, qui nous délivre un surf-rock dynamique et référencé (avec d'ailleurs une très belle reprise du générique de Buffy).

8 commentaires:

  1. Je te recommande ce groupe brésilien :
    http://www.estrumental.com/dowloads_e.htm

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment intéressante présentation de ce courant musical, avec quelques exemples bien sentis.

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal du tout, le groupe, Fabien. Du surf rock presque metal par moment, original en tout cas. Merci, je note la référence.

    Merci Steph :)

    RépondreSupprimer
  4. Il y a aussi les Apemen.
    http://home.planet.nl/~sande160//

    A une époque il se produisait en costume Star Trek avec les masques de la Planète des Singes.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai cru comprendre que les Bikini Men allaient ouvrir pour nous au Reacteur à Issy les Moulinaux le 16 septembre, je suis impatient d'entendre cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah s'ils se reforment, c'est génial ! Je vais surveiller ça.

      Supprimer
  6. http://www.deezer.com/playlist/2249424262

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très sympa, merci ! Plein de groupes que je ne connais pas et que je vais découvrir avec plaisir.

      Supprimer