mardi 12 avril 2011

Lucha libre et culture populaire





















































Cela fait maintenant quelques années que je me suis pris de passion pour la lucha libre.

Qu'est-ce que c'est ?

Tout simplement du catch mexicain. Il est coutume de dire que le catch est un spectacle aux USA, qu'il est un sport au Japon et qu'il est une religion au Mexique. De fait, le CMLL, le Conseil Mondial de Lucha Libre, est la plus vieille fédération de lucha libre et donc de catch, au monde.

Le catch mexicain est très ancré dans le symbolisme et dominé par un manichéisme permanent. Les bons lutteurs combattent les mauvais. Ils sont les tecnicos, ce sont les rudos.
La ferveur est telle que des chapelles mexicaines contiennent parfois quelques petits ex-voto dédiés à tel ou tel lutteur célèbre.
Le luchadore est parfois masqué, avec un costume très coloré. S'il est masqué, il apparaît systématiquement portant son masque et se le faire ôter à l'issue d'un combat est un déshonneur irréversible. Parfois, les chevelures sont également mises en jeu.

Le catch mexicain est souvent assez aérien, plein de figures de voltige. Les combats sont souvent par équipe et se jouent en deux ou trois rounds (caida), il faut gagner deux rounds pour remporter le combat.

Santo est un luchadore, c'est LE luchadore, même.
Je consacrerais probablement plusieurs articles à ce thème et je compte en dédier un à Santo et à ses films donc je ne m'étend pas sur le sujet mais ce lutteur compte plus de 50 films à son actif. Légende vivante dans son pays, il a affronté des lutteurs sur le ring, certes mais surtout bon nombre de menaces de nature extra-terrestres ou fantastiques tout au long d'une filmographie qui contient de la bonne série B comme du véritable nanar et autres séries Z. Il est apparu également dans des fascicules qui narraient ses aventures en roman-photo, en BD ou en nouvelles.
Momies, vampires, zombies, trafiquants de drogue, passeurs, aliens, llorona et loup-garous, les ennemis de ces valeureux héros étaient nombreux, bigarrés et kitsch.
Blue Demon, son accolyte, a lui aussi connu une exposition médiatique. Moindre mais néanmoins conséquente.
Dialogues surréalistes, scènes incroyables (Blue Demon et Santo, censés surveiller la maison, jouent aux échecs pendant que tous les membres de la famille se font capturer, Santo qui se retourne en arrière plan pour faire coucou comme un handicapé mental alors qu'un policer déclame un épilogue à sa gloire éternelle etc...), méchants impressionnants (ou pas) et scènes de combat uniques en leur genre (parfois en bien, parfois en mal). Il faut revoir ces scènes de vie quotidienne où les héros vivent leur vie en permanence masqués, c'est génial et ça finit par paraître naturel une fois qu'on a vu trois quatre films...
Et cette tirade dans Santo contre la momie, où l'on entend Santo, le mec qui a affronté moult zombies, momies, vampires, loup-garous, martiens, nains diaboliques, bourreaux maléfiques et compagnie, expliquer durant tout un film que tout a une explication rationnelle et que le fantastique n'existe pas. Et dans ce film là, c'est le cas. Belle continuation dans la gamme...
Ou bien quand il est poursuivi par des chiens et qu'il s'accroche au lustre en criant à l'aide, c'est énorme tellement c'est décalé.
A noter que certains combats n'ont rien à envier à ceux des Expendables (si, si) alors que d'autres voient les lutteurs hyper sous-exploités. Voir Santo enchaîner les grosses pèches dans la gueule et uniquement ça, en trébuchant à moitié alors que dans d'autres films, il se jette du toit de sa voiture pour faire des huracanrrana en série avant de s'appuyer sur un lutteur pour en défoncer un autre, ça fait mal au cœur.

Tout cet univers a peu peu périclité, jusqu'à sombrer dans les années 80. Santo est mort, Blue Demon a pris sa retraite. Le genre a été un peu oublié au profit des films de karateka et d'action des 80's.

Récemment, un engouement autour de la lucha libre et des luchadores est en train de voir le jour. Un lutteur comme Rey Mysterio a beaucoup fait pour populariser cet univers.
Le vétéran Mil Mascaras, compagnon d'aventures de Santo et de Blue Demon, officiellement toujours en activité a même tourné récemment un film où il affronte une momie, aidé par el Hiro de Santo et Blue Demon Jr.
De nombreuses pubs intègrent des luchadores et on en a vu dans le dernier OSS, dans Machete...
Et Mistico, le jeune luchadore probablement le plus talentueux de sa génération, vient de signer sous le nom de Sin Cara à la WWE. Il a fait ses débuts il y a peu et devrait être dans les lucarnes françaises dès vendredi. Ne le ratez pas !

De nos jours, cette culture est vue parfois de manière affectueuse et humoristique (le très amusant Nacho Libre) ou parfois avec juste une sorte de distance post-moderne qui permet d'apprécier ses codes et ses spécificités sans pour autant verser dans la parodie grossière et moqueuse. Parfois, c'est juste l'imagerie kitsch dont on se moque. Et c'est dommage mais au moins on voit la tronche ou le masque de ces lutteurs.

Je planche actuellement sur un récit mettant en scène un luchadore, du nom de Green Tiburon, affrontant mille périls pour faire triompher le bien. Son enquête l'emmène explorer des îles oubliées du Triangle des Bermudes, affronter des menaces quasi-indicibles mais toujours sur un ton dynamique digne, je l'espère, des aventures de ces héros masqués de l'époque.

J'ai eu l'occasion de me faire un peu la main sur un blog, que j'avais lancé pour m'amuser il y a plus d'un an mais cette démarche a pris un tour plus "pro" car je suis en collaboration avec un éditeur pour sortir un fascicule mettant en scène une aventure de Green Tiburon.

Quand je dis fascicule, c'est quand même environ 130.000 signes, donc presque la moitié d'un court roman. Il y aura donc matière à découvrir les péripéties de cet enquêteur et homme d'action hors-norme. J'espère que ce sera le premier d'une courte série mais ça, l'avenir et l'intérêt porté par les lecteurs nous le dira.

Soyez assurés que je reviendrais vous causer très vite de cette production car les délais font que le teasing devrait officiellement démarrer sous peu.

Si vous êtes sages, je viendrais même filer un bout de couverture. Couverture réalisée par le talentueux Willy Favre aka Brain Salad (dont vous trouverez l'adresse du site sur ce blog).

En attendant, révisez vos 619, vos tope suicida ou vos mistica...
Mais ne faites pas ça chez vous !

En fait, je peux d'ors et déjà vous évoquer l'éditeur:
Il s'agit du Carnoplaste, éditeur de fascicules passionné par les récits populaires.
Voici le lien vers le site, n'hésitez pas à commander quelques opus, ils sont garantis 100% endiablés et dynamiques.
http://www.lecarnoplaste.fr/
https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=165002666890043&id=611093045#!/pages/Le-Carnoplaste/144518815935




Photos récupérées sur le forum de Mad Movies et plus particulièrement sur ce sujet dédié:
http://www.mad-movies.com/forums/index.php?showtopic=24903&st=0

6 commentaires:

  1. Moi aussi j'applaudis le retour des lutteurs masqués ! Mais, c'est moi qui ai lu trop en diagonale ou bien tu as oublié de citer les BD chez les Humanos ?

    RépondreSupprimer
  2. En effet, j'ai oublié. Ce sont d'excellentes séries en plus. Mais malheureusement, je n'ai pas trop le réflexe BD et j'en achète peu, donc je suis loin d'avoir tout lu. Mutafukaz aborde aussi le sujet d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  3. La publication est prévue pour quand ?

    RépondreSupprimer
  4. Ouais, encore un truc de gonzesse.

    RépondreSupprimer
  5. http://luchawomen.blogspot.com/2008/01/another-photo-of-india-sioux.html

    RépondreSupprimer