mercredi 9 mars 2011

Reservoir Girl

La ligne de départ de mon marathon oculaire.

Ayant décidé d'accorder plus de mon temps libre à la lecture, j'ai aussi ouvert ce blog pour pouvoir vous présenter mes quelques critiques de livres lus.

Je commence avec Reservoir Girl, un roman d'Anthony *yno Combrexelle, roman en recherche d'un éditeur.

Reservoir Girl nous fait suivre l'odyssée de Dorothy, une jeune femme, juste sortie de l'adolescence, qui s'emmerde dans son Arkansas profond. Après un braquage essentiellement motivé par l'ennui et l'envie de ressentir un petit frisson existentiel, elle doit fuir et se retrouve en cavale. Ça ne dure pas longtemps car sa voiture est emportée par un ouragan. Après un atterrissage brutal, c'est tout un monde étrange qu'elle découvre. Le notre mais pas tout à fait. Des sorcières se livrent une guerre des gangs sans pitié, des aliénés ont des secrets étranges et son périple ne sera pas de tout repos.

Ce road-movie déjanté est une relecture du Magicien d'Oz à la sauce Tarantino, épicée de quelques personnages lynchiens. Dialogues percutants et situations bien décalées rythment un récit direct et qui ne s'embarrasse pas de formules de style. Sans dévoiler la fin, il permet de redécouvrir le classique de L. Frank Baum sous un autre œil. C'est moderne, fun, rapide à lire (trois jours pour moi) et on s'immerge vite dans cette virée sudiste un brin tex-mex de ces quelques paumés cherchant tous un but à un voyage commencé presque par hasard (presque, hein mais je raconterais pas la fin). Le surnaturel est présent mais sans véritablement de définition et sans ostentation. Il y a un peu du jeu de rôle Unknown Armies là dedans, si vous voulez un exemple. Un mélange de Twin Fiction et de Pulp Peak à déguster avec une sauce chili en écoutant Tito & Tarantula.

Roman à la croisée des genres, Reservoir Girl est un peu fantastique, un peu polar, beaucoup road-movie, un peu littérature ado mais avec un peu de cul (pas trop) et des gros mots. Ce petit ovni est, selon moi (première et dernière fois que j'utilise ce terme, je suis sur mon blog, oh!), une vraie réussite, un bijou d'ambiance dont certains dialogues m'ont fait bien marrer.

Tout ce qu'on souhaite à ce roman est de trouver rapidement un éditeur car il mérite assurément de venir se poser sur vos piles de bouquins à lire, tout en haut même.

9 commentaires:

  1. Faut que je me remette à la lecture de Reservoir Girl moi, dès que j'ai fini mes recherches... Et si t'es à court de lectures au fait, je peux te passer des trucs d'un jeune auteur aussi en quête d'éditeur ;)

    RépondreSupprimer
  2. Alors ce serait vraiment avec grand plaisir.
    Je suis actuellement sur le roman de Denis, les Compagnons du Foudre.
    Donc n'hésite pas à me l'envoyer par mail :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah génial, je découvre l'article.
    Merci pour le retour, très très cool.

    (et l'adresse de mon blog pour me contacter si vous avez été séduit par la critique : www.misterfrankenstein.com)

    RépondreSupprimer
  4. Pour Yno, une seule adresse : Rivière Blanche. C'est typiquement le genre de texte que Philippe recherche dans sa collection Noire.

    RépondreSupprimer
  5. En tout cas çà donne envie de le lire :).

    RépondreSupprimer
  6. J'espère que ce sera vite possible pour tous !

    RépondreSupprimer
  7. Bien vendu ! Je souhaite à Yno de trouver un éditeur car il a déjà un acheteur :D

    RépondreSupprimer
  8. Merci, c'est le but, c'est vraiment sympa (et je dis sans copinage. J'ai pas forcément aimé tout ce qu'a fait le bonhomme.

    Bon, ok, quasiment tout mais voila quoi, mince).

    RépondreSupprimer
  9. Comment ça !!!

    Oui oui, merci à tous, ça me fait plaisir dans le dedans de moi, ça motive à continuer, et à trouver une solution heureuse à l'édition du bidule !

    RépondreSupprimer